Journée internationale des femmes

Le 8 mars 2017 dans le département du Jura

 

Le plan de lutte contre le sexisme

Laurence Rossignol, la ministre des familles, de l'enfance et des droits des femmes a initié un plan de lutte contre le sexisme le 8 septembre 2016. 6 mois après, le 8 mars 2017 clôture symboliquement cette mobilisation. Ce plan vise à valoriser les initiatives qui contribuent à faire reculer le sexisme sous toutes ses formes et à mettre en lumière les femmes dont le travail, l'engagement et la création sont souvent maintenus dans l'ombre.

L’égalité réelle entre les femmes et les hommes se heurte toujours au plafond de verre dont le matériau principal, et le plus résistant, est le sexisme. Le sexisme regroupe à la fois des croyances et des comportements. Il repose sur l’idée que les femmes sont inférieures aux hommes. Ses manifestations sont très diverses : des formes à l’apparence anodines (stéréotypes, « blagues », remarques) jusqu’aux plus graves (discriminations, violences, meurtre). Mais toutes, de la plus anodine à la plus dramatique, participent à maintenir les femmes dans une situation d’infériorité, à justifier leur déclassement, leur stigmatisation, les violences infligées en raison de leur sexe.

Aussi, le Gouvernement a lancé le 8 septembre 2016, aux côtés d’acteurs et d’actrices de la société civile, un plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme.
 
 Entre le 8 septembre 2016 et le 8 mars 2017, cette mobilisation a pour objectifs de :

  • rendre visible le sexisme qui se manifeste dans la vie quotidienne des femmes – au travail, dans l’espace public, dans la sphère privée et familiale, dans le sport, la culture, ou encore les médias ;
  • mettre en lumière les femmes qui, dans tous ces domaines, font face, innovent, agissent, produisent et dont le travail, la création, l’engagement sont souvent maintenus dans l’ombre ;
  • agir pour que chacun, dans l’exercice de ses fonctions, mais aussi dans sa vie personnelle, amicale, familiale, ou dans son rôle de parent, fasse reculer tout ce qui porte atteinte à l’égalité entre les femmes et les hommes. 

Quelques chiffres clés

16% de femmes maires (en 2014), 26% d’écart de salaire annuel moyen entre les hommes et les femmes en Bourgogne Franche Comté en 2013 (19.2% au national), 1007 euros de retraite brute mensuelle pour les femmes et 1660 euros pour les hommes, 1 femmes dirigeante d’une entreprise du CAC 40, 20% de femmes expertes invitées à commenter l’actualité dans les médias, 4% de femmes cheffes d’orchestre en France, 30.6% de femmes travaillent à temps partiel contre 7.2% d’hommes,

L’Etat et les acteurs associés s’engagent à :

  • rendre visibles le sexisme et les initiatives qui participent à le faire reculer, en organisant des événements et des prises de parole publiques, en faisant connaître et en relayant des actions pouvant être valorisées (site internet www.sexismepasnotregenre.gouv.fr) ;
  • mettre en lumière des femmes qui, dans tous les domaines, font face, innovent, agissent et dont le travail, la création, l’engagement sont souvent maintenus dans l’ombre ;
  • agir dans l’exercice de nos fonctions, mais aussi dans notre vie personnelle, amicale, familiale, ou dans notre rôle de parent, à faire reculer tout ce qui porte atteinte à la dignité, à la liberté, à l’égalité.

Les points clés du plan de lutte en Bourgogne-Franche-Comté et dans le Jura

Sensibiliser et lutter contre les stéréotypes de genre

Les conventions régionales en faveur de l'égalité dans l'éducation dans les académies de Dijon et de Besançon sont très mobilisatrices sur ces objectifs avec pour le Jura :

  • Les trophées égalité mixité pour les établissements mobilisés:

Collège L Bouvier de St Laurent en Grandvaux

Collège G Cousin de Nozeroy

Collège Marcel Aymé de Chaussin

Collège P Vermotte de Moirans en Montagne

  • les carrefours des carrières au féminin, sciences et techniques en tout genre pour la découverte de métiers techniques et scientifiques pour les filles

Le lycée du Bois de Mouchard lance l’initiative  « le bois en rose » du 6 au 11 mars, visant à dépasser les stéréotypes dans la filière bois.

Téléchargez le programme "semaine le bois en rose" ici

  • Les interventions en classe avec du théâtre forum ou des expositions débats :

Collège de Tavaux avec exposition c’est pas mon genre (a venir en avril-mai)

Collège Marcel AYME avec son challenge mannequin et exposition sur mixité et  numérique

La formation sensibilisation à l’égalité auprès des enseignants stagiaires de l’ESPE de Lons en décembre 2016.

Lycée C Nodier à Dole pour prévenir le sexisme et le harcèlement.

Lycée J Michel de Lons le Saunier débat avec le CIDFF sur violences et harcèlement de genre

Rendre visibles les femmes dans tous les espaces de la société : entrepreneuriat, accès aux responsabilités

Action du réseau « elles Jura » et de la chambre de commerce et d'industrie du Jura afin de promouvoir la mixité et des  femmes sur des postes d’encadrement et ou technique.

Action de la maison de l'emploi de Saint Claude an faveur des femmes demandeuses d’emploi afin de diversifier les choix professionnels

Action de l'association des musées des techniques et cultures comtoises afin de  rendre visible la place des femmes dans l’industrie comtoise

Lutter contre les propos et comportements sexistes sous toutes leurs formes, de la discrimination au harcèlement et aux violences de genre.

Plan égalité de la Ville de Damparis (l'action exemplaire de la Ville de Damparis, petite  commune du Jura,  investie depuis plusieurs années dans un plan en faveur de l'égalité des chances femmes hommes : découverte des métiers techniques par les femmes, actions de sensibilisation des enfants au sein des activités périscolaires, communication non sexuée dans le cadre du bulletin municipal.)

Action de Mme Manière au niveau national et au niveau local (CGT)

Action de Femmes debout sur Dole avec les caravanières pour rendre visible les femmes des quartiers.

Actions du centre d'information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) du Jura pour sensibiliser à l’égalité et aux stéréotypes de genre.

Entrepreneuriat des femmes

 Le gouvernement a fixé un objectif national de 40% minimum de femmes parmi les créateurs ou repreneurs d'entreprise en 2017, et a lancé pour ce faire un plan national de développement de l'entrepreneuriat des femmes dès 2013. Ce plan, interministériel (droits des femmes, enseignement supérieur et recherche, PMEPetites et moyennes entreprises, innovation, économie numérique) repose sur la mobilisation des acteurs de la création d'entreprise et repose sur trois grands axes :

- sensibiliser, informer, et orienter les femmes ; accompagner les créatrices d'entreprises; faciliter l'accès des femmes aux financements.

En Bourgogne-Franche-Comté, un programme régional entre la DRDFE,  la Caisse des dépôts et le conseil régional mobilise les acteurs locaux autour des objectifs suivants :

  • Valoriser les entrepreneures

Le concours Initiatives au féminin, pour sa onzième édition fin 2016 a permis de valoriser six femmes pour 17 000 euros de prix au total.

Le site "les entrepreneuses" initié en Bourgogne permet d'identifier les événements, les créatrices et les structures d'accompagnement qui se mobilisent pour développer l'entrepreneuriat des femmes. Ce site-portail est élargi à la Franche-Comté courant 2017.

  • Favoriser la mise en réseaux et l'échange d'expériences entre les cheffes d'entreprises et les porteuses de projet

Les réseaux de femmes comme "Kelles énergie" en Franche-Comté et en Bourgogne sont accompagnées, financièrement, pour organiser des temps collaboratifs sur les territoires.

  • Sensibiliser les acteurs et financeurs de la création d'entreprise

 Un challenge interbancaire a permis trois années de suite de valoriser les réseaux bancaires et chargés de clientèle qui accompagnent largement les femmes au moyen de notre outil national dédié : le fonds de garantie à l'initiative des femmes (FGIF). Le jeu "Kreatris" est lancé le 8 mars à Vesoul avec la préfète de Haute-Saône. Développé par Kelles énergie Franche-Comté, il permet aux porteuses de projets d'appréhender le parcours de la création d'entreprise. Ce jeu a vocation a être étendu à l’ensemble de la région Bourgogne Franche Comté.

En Bourgogne-Franche-Comté, les femmes représentent entre 30 et 32 % des entrepreneurs, loin de leur présence dans l'ensemble de la population active (45%). Elles créent majoritairement dans les secteurs des services à la personne et du commerce de détail, de la santé, et des soins de beauté.