Brèves

Lancement du 26ème concours "un meilleur ouvrier de France"

 
Lancement du 26ème concours "un meilleur ouvrier de France"

Richard VIGNON, préfet du Jura, a accueilli jeudi 23 mars 2017 le comité d’organisation des expositions du travail (COET-MOF) et les représentant jurassiens des MOF.

Historique

Ce concours, intitulé à l'origine “Un des Meilleurs Ouvriers de France”, a vu le jour en 1924. Lucien Klotz (1876-1946), critique d’art et journaliste, est à l’initiative de ce projet. Son credo : “redorer le blason du travail manuel et recréer l’émulation et l’engouement pour l’apprentissage des métiers d’art chez les artisans de l’excellence”.

Il a su convaincre ministres, parlementaires et présidents de chambres syndicales de l’utilité d’une Exposition nationale du travail et de l’apprentissage.
 Il tenait à ce que la France, dans la compétition entre États industrialisés, affirme sa renommée par le biais d’un travail artisanal de qualité supérieure : l’excellence professionnelle française, assortie de valeurs morales, d’amour du métier et de solidarité entre artisans.

La première Exposition nationale du Travail eut lieu à l’Hôtel de Ville de Paris en 1924. Deux cents chefs d’œuvre, venus de la France entière, y furent exposés et le titre de Meilleur Ouvrier de France décerné pour la première fois le 31 janvier 1925, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne. À cette occasion, Albert Lebrun, Sénateur et futur Président de la République (de 1932 à 1940), prononça un discours crucial. Il y expliquait que récompenser l’habileté manuelle, les connaissances techniques et l’imagination créatrice des ouvriers, artisans ou apprentis, permettait de créer une émulation au travail, qui rejaillirait forcément sur le développement de l’industrie elle-même. Il confia l’organisation du concours aux Ministères du Commerce et de l’Artisanat, de l’Éducation, de l’Industrie, de la Recherche et du Travail. Le Comité d’Organisation des Expositions du Travail (COETMOF) a été créé à cette fin.

Pour s'inscrire, cliquez ici

Vers le centenaire du concours

Le 26e concours “Un des Meilleurs Ouvriers de France” marque un tournant important dans la vie du titre de Meilleur Ouvrier de France. Ce titre correspond à un diplôme de niveau III (bac + 2), pour l’obtenir, il n’y a aucune obligation d’être de nationalité française, il suffit d’avoir 23 ans à la date de clôture des inscriptions.

Dans l’optique du centenaire du concours, qui aura lieu en 2024, le 26e concours est une étape clé visant à démontrer l’importance de l’excellence professionnelle dans l’innovation des entreprises et industries françaises, c’est pourquoi le lancement de celui-ci a lieu dans plus de 40 préfectures réparties sur le territoire français.

Buts et missions du COET-MOF - Comité d’Organisation des Expositions du Travail et du Concours “Un des Meilleurs Ouvriers de France”

Sous l’égide du Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, le COET-MOF conduit sa mission d’intérêt général et organise le concours “Un des Meilleurs Ouvriers de France”. Le COET-MOF œuvre à la reconnaissance et à la mise en avant de l’excellence professionnelle “Made in France”, tant en métropole que dans les départements d’outre-mer ou à l’étranger et en particulier en Europe. Il a pour but de promouvoir la réussite des professionnels qui se sont engagés dans un cycle d’apprentissage, de formation initiale, continue ou de perfectionnement. Il promeut les parcours de formation professionnelle, au service des salariés, artisans et indépendants, destinés à leur permettre de se présenter au concours “Un des Meilleurs Ouvriers de France”. Enfin, le COET-MOF organise les expositions régionales ou nationales du travail, qui permettent de présenter les œuvres réalisées par les Meilleurs Ouvriers de France et les trésors d’imagination et d’innovation qui doivent être édifiés au cours de leur création.

Pour s'inscrire, cliquez ici

groupe

Diversité des talents et excellence

Plus de 230 métiers répartis en 17 groupes sont représentés au concours « un des meilleurs ouvriers de France ». Ils sont le reflet de l’activité économique de la France.

Le concours s’adapte à l’évolution du monde économique : il s’ouvre à de nouveaux métiers tels que ceux de la communication, du multimédia et de l’audiovisuel ou ceux des techniques de précision.

L’œuvre d’un MOF ne se résume pas au produit d’une tradition. Il s’agit d’inventer, d’imaginer, d’innover, même dans des métiers que l’on dit traditionnels. Les MOF leur donnent une nouvelle jeunesse, une nouvelle existence et une promotion qui permet de dire que ces métiers sont pleinement dans l’économie de demain.

Devenir Meilleur Ouvrier de France est une aventure humaine. Elle pousse à se dépasser pour tendre à un objectif commun, celui d’intégrer l’excellence professionnelle au cœur de son travail au quotidien. La naissance d’un Meilleur Ouvrier de France nécessite l’implication de son entourage personnel et professionnel. En effet, si la création de son chef-d’œuvre reste personnelle, l’investissement de centaines d’heures nécessaire à son élaboration a un impact sur son quotidien. Le bénéfice d’un tel investissement est immatériel et pourtant palpable. Il transforme à jamais le regard de l’ouvrier sur son métier. Ce parcours l’incite à imaginer le futur son métier, de son savoir-faire et à faire de cet avenir une réalité.

S’inscrire au COET-MOF ou œuvrer à ses côtés, c’est s’engager dans une démarche de valorisation du parcours professionnel. C’est aussi s’associer aux valeurs de rigueur et de précision qui ponctuent le travail de l’intelligence et de la main des Meilleurs Ouvriers de France. C’est encore devenir un acteur de l’évolution et de l’innovation des métiers, tout en responsabilisant son engagement sociétal.

Qualités exigées : savoir-faire, excellence dans le travail, capacité d’invention, capacité à allier le beau, l’esthétique, avec l’innovation technologique.

Être Meilleur Ouvrier de France, c’est utiliser des savoir-faire séculaires et, tout en conservant cette mémoire, innover, être précurseur et imaginer les métiers de demain pour les transmettre à nouveau, enrichit de cet apport.

Contribution des MOF au rayonnement de la France à l’étranger

S’engager dans le concours “Un des Meilleurs Ouvriers de France” C’est être porteur d’une identité française forte, c’est vouloir devenir un ambassadeur de son métier, s’inscrire dans un esprit où règnent les valeurs que sont :

  • la connaissance des métiers,
  •  l’innovation,
  • l’exigence,
  • la rigueur et la précision,
  • le désir de transmission.

Les MOF réalisent ce que la France fait et va faire demain pour réussir. Ils sont dans la conquête et le succès. La France est consciente qu’elle a, grâce aux MOF, plein d’atouts qui permettent d’avoir confiance en l’avenir.

La statue de la Liberté à New York a été rénovée par les Meilleurs Ouvriers de France, tout comme les vitraux de la basilique de Yamoussoukro en Côte d’Ivoire.

Chaque œuvre réalisée est un symbole : le symbole de ce que la France peut faire de mieux, de création exceptionnelle, de transmission remarquable . Ce travail doit être valorisé, récompensé et reconnu par la République.

Pour s'inscrire, cliquez ici

Les MOF dans le Jura

Ils sont 55 actuellement.

Lors de la 25ème édition du concours (2013/2015), 35 jurassiens ont candidaté, et 4 d’entre eux ont été nommés lauréats du concours.

Pour cette 26ème édition, 13 inscriptions ont déjà été enregistrées. Ce chiffre pourra évoluer d’ici au 31 mai 2017, date de clôture des inscriptions.

Lors du lancement du 26ème concours en préfecture, 8 MOF ont exposé leurs oeuvres.

bois
vitraux
lunettes
pipes